Beacon Hills


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  TumblrTumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SHAPESHIFTERS → howl at the moon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

maître suprême
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 02/06/2014
LOCALISATION : Partout et nulle part.

MessageSujet: SHAPESHIFTERS → howl at the moon.   Sam 12 Sep - 18:57

Les shapeshifters

The bite is a gift, but family is a true blessing.


→ récapitulatif des créatures.



Ici, vous retrouverez le récapitulatif des postes vacants shapeshifters du forum, peu importe leurs races ou leurs rangs. Prenez le temps de lire les informations, on n'échappe jamais à un coup de cœur.


Aaron Taylor-Johnson, Caleb Elijah Coleman, libre.
Kristen Stewart, Casey Emerald Allen, prise.
Maia Mitchell, Layla Macie Hathaway, libre.
Nicola Peltz, Shiloh Joy Odell, libre.
Stephen Amell, Andrew Ares Blackwood, libre.
Taron Egerton, Adrian Felix Humphrey, libre.




Dernière édition par The beast le Sam 12 Sep - 23:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beaconhills.forumgratuit.be
avatar

maître suprême
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 02/06/2014
LOCALISATION : Partout et nulle part.

MessageSujet: Re: SHAPESHIFTERS → howl at the moon.   Sam 12 Sep - 19:40

Caleb (Elijah) Coleman

what doesn't kill you makes you stronger
Nom : Coleman.
Prénom : Caleb, Elijah.
Âge : vingt-trois ans.
Lieu de Naissance : répondre ici.
Nationalité : répondre ici.
Orientation sexuelle : hétérosexuelle.
Race : loup-garou.
Rôle ou affiliation : beta.
Personnalité : Aaron Taylor-Johnson.
Crédits : permanentjoy. (avatar)


the strength of the revenge

hear me roar

Caleb souffre d'anémie depuis sa plus tendre enfance. C'est une maladie qui touche principalement les femmes, en règle générale. C'est d'ailleurs de sa mère qu'il la tient. Pâle à longueur de temps, constamment fatigué, avec de sérieux malaises par moment, il eut bien du mal à suivre une scolarité normale puisqu'il était souvent absent. Forcément, quand on est épuisés à longueur de temps, on attrape la moindre crasse qui circule.

Ses parents se sont battus pendant des années sans relâche pour qu'il ne soit pas exclu ni qu'on le pointe du doigt mais c'était sans penser à la cruauté des jeunes envers ceux qui divergent. Les autres élèves se moquaient de lui. Il était trop chétif. Sans un minimum de combat intérieur et de force, de ténacité, il n'en serait sûrement pas là. Cela n'empêche qu'il a craqué, de temps à autre. Il faut malgré tout une véritable force de vivre pour tenir le coup. Trop gentil malgré tout ce qu'il vivait, il est vite devenu amer avec et au sujet des autres. Et c'est depuis cet instant qu'il a commencé à s'isoler, qu'il s'est montré bien moins sociable.

Heureusement, il fit la rencontre d'Andrew, un beau jour. Et c'est lui qui le sauva de cet enfer à l'âge de 16 ans. La morsure offerte par l'alpha lui apparut comme un don du ciel. C'est sûrement pour cela qu'il se montrera toujours loyal envers lui. Quelque part, il l'est envers toute la meute. C'est sa nouvelle famille, après tout.

Il pourrait, désormais, prendre sa revanche sur la vie qui fut lâche jusque-là. Alors, il est devenu un être arrogant et râleur, c'est sa façon à lui de cacher soigneusement son manque de confiance en soi. Une carapace pas toujours évidente à tenir mais qu'il tient malgré tout. Désormais, il n'assume plus sa gentillesse. Il assimile ça à son ancienne faiblesse. Il est également devenu très compétitif, sûrement en réaction à toute cette discrimination. Si la plupart du temps c'est positif et bon enfant (ne serait-ce qu'avec Casey), il lui arrive d'aller trop loin.

Il se montre aussi protecteur envers Andrew qu'envers les autres, surtout depuis que le groupe se fait plus nombreux. Trop fier, il ne l'assume pas non plus. En fait, il assume peu de choses positives le concernant. Il le fait sans réfléchir mais n'apprécie guère qu'on lui rappelle cette trop grande bravoure. Peut-être parce qu'il n'est pas encore à l'aise avec les compliments ? Son côté solitaire l'arrange bien, la plupart du temps, du coup. Mais avec une telle meute, ce n'est pas évident de rester seul bien longtemps.

A-t-il rendu les coups et les moqueries ? Ses parents sont-ils au courant de son état de loup-garou... À vous d'écrire la suite. (si tu es intéressé, n'hésite pas à mp Casey E. Allen en ce qui concerne la maladie pour plus de détails ou à laisser un message dans la partie invités)



andrew a. blackwood je te rendrai fier → Caleb voue une admiration incommensurable à Andrew. C'est pour cela qu'il veut le rendre fier. Après tout, sans la morsure d'Andrew, Caleb ne serait pas ce qu'il est actuellement. C'est sûrement la condition de vie du jeune homme qui a attiré le regard attentif de l'alpha. Celui-ci ne put se faire une raison et c'est pour ça qu'il le sauva. Oh, il mit du temps à se décider, pour ne pas se perdre dans le sauvetage perdu d'avance. Le beta voit son alpha comme un ange gardien et depuis, il serait capable de tout pour lui et pour qu'il soit considéré comme le meilleur élément de la meute. Il pourrait foncer dans le tas pour attirer constamment l'attention d'Andrew.

casey e. allen comme chien et chat → toujours à se chamailler et à se comparer, Caleb et Casey sont passés maîtres dans l'art à ce niveau. Cette comparaison se fait instinctivement au sujet de tout et n'importe quoi. Et pour quoi ? Pour l'amour inconditionnel d'Andrew, l'alpha, ainsi que son respect. Pourtant, il le répète sans cesse, il apprécie toute la meute, il n'a aucune préférence. Cela n'empêche pas Casey de rappeler qu'elle a été la première à être mordue par leur alpha et Caleb de répliquer qu'il est bien moins boulet qu'elle. Cette guerre sans cesse est leur façon à eux de rester attachés parce que ce serait bien trop difficile de dire qu'ils s'apprécient vraiment et énormément. Si vous leur demandez quand et comment tout ça a commencé, il y a fort à parier qu'aucun des deux ne puisse vous répondre avec exactitude. Mais dans le fond, ils sont aussi attachés l'un à l'autre qu'à n'importe quel autre loup-garou de la meute. Un genre d'amour particulier.

layla m. hathaway tu me perturbes → on ne peut pas dire qu'ils se détestent, ce serait même aller trop loin. Seulement, ce n'est pas toujours évident pour Caleb de rester calme en présence de la pile électrique qu'est Layla. Il ne lui en veut pas d'avoir eu la vie paisible qu'elle a eue jusqu'à l'accident mais quand elle cherche à le faire sourire et lui signale qu'il est bien mieux quand il est moins grincheux, ça le fait réagir. Il n'est pas encore suffisamment bien dans sa peau que pour accepter ça comme ça, d'autant plus qu'il ne sait pas quoi dire. Il ne comprend pas non plus comme une fille qui a frôlé la mort semble si insouciante. Il ne réalise pas qu'elle n'est pas si inconsciente qu'il ne le croit. Quand les conditions sont bonnes (qu'il n'est pas trop de mauvais poil et qu'elle n'en fait pas trop), ils peuvent parler longtemps parce qu'elle a justement ce petit côté pétillant qui lui donne automatiquement le sourire.

shiloh j. odell toi et moi, on est les mêmes → c'était quelque chose d'étrange. Dès qu'Andrew leur a présenté la demoiselle, Caleb a senti les mêmes appréhensions et les mêmes blessures qu'il avait gardées au fond de lui à l'époque où Andrew l'avait justement sauvé. Il a tout de suite compris qu'elle devait avoir vécu un enfer et qu'elle n'était pas foncièrement fermée aux autres. Loin d'être un fin psychologue ni même spécialement bavard, il préféra l'observer de loin, juste au cas où il devrait réagir. Il ne comptait pas non plus aller lui dire qu'il comprenait ce qu'elle vivait parce qu'il ressentait ça comme de l'hypocrisie. Cependant, ils parvenaient à échanger quelques mots, de temps à autre, quand ils étaient tous les deux un peu en retrait. Il s'est alors installé une sorte de code implicite. Ils peuvent deviner quand l'autre a besoin de quelque chose d'un simple geste ou regard. Caleb a trouvé en Shiloh un moyen d'aider quelqu'un à sa façon et de son côté, Shiloh a trouvé quelqu'un pour l'aider sans la brusquer. Ils se sont finalement bien trouvés.

adrian f. humphrey une bonne équipe → ce n'est pas toujours simple entre eux. Ça se passe pourtant relativement bien. Caleb ne voit pas Adrian comme un boulet ni comme quelqu'un de trop brusque. Après tout, quand il veut détendre l'atmosphère, Adrian a le mot pour rire sans insister. Il ne force pas les autres à se confier, donc Caleb ne se sent pas oppressé en sa présence. C'est même assez chouette d'avoir un petit comique pour détendre l'atmosphère, justement. Il le protège et sait qu'il peut lui faire confiance quand il est lui même en mauvaise position ; il sait que le plus jeune garçon fera tout pour protéger les autres. On peut donc dire qu'ils sont une bonne équipe quand il est question de se compléter, de protéger, de cette façon, totalement la meute. Il est déjà arrivé qu'Adrian arrache un rire à son aîné.




Dernière édition par The beast le Sam 12 Sep - 23:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beaconhills.forumgratuit.be
avatar

maître suprême
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 02/06/2014
LOCALISATION : Partout et nulle part.

MessageSujet: Re: SHAPESHIFTERS → howl at the moon.   Sam 12 Sep - 19:48

Layla (Macie) Hathaway

strike the match, play it loud, giving love to the world
Nom : Hathaway.
Prénom : Layla, Macie.
Âge : dix-sept ans.
Lieu de Naissance : répondre ici.
Nationalité : répondre ici.
Orientation sexuelle : répondre ici.
Race : loup-garou.
Rôle ou affiliation : beta.
Personnalité : Maia Mitchell
Crédits : sparkles. (avatar)


titre

let the shunshine in

Layla a eu une enfance plutôt simple et banale. Fille joviale et bonne vivante, elle faisait le bonheur de ses parents et la fierté aussi. Son adolescence fut tout aussi calme dans les grandes lignes. Elle s'entendait avec tout le monde ou du moins n'avait pas de grosse dispute parce qu'elle était la plupart du temps trop occupée à jouer pour se prendre la tête et qu'elle était plutôt conciliante, elle l'est toujours. Elle allait facilement vers tout le monde sans la moindre discrimination et avait le don de faire sourire les autres instantanément.

Par contre, plutôt casse-cou, elle oubliait les risques encourus la plupart du temps et revenait donc souvent avec un plâtre ou au moins une attelle. Sa curiosité n'a jamais aidé non plus. Là, par contre, ce n'était pas tant des blessures que des sermons qui s'en suivaient.

Loin d'être insolente ou irrespectueuse, il y avait bien un reproche qu'on lui faisait en classe, c'était le bavardage ou encore le fait qu'elle était constamment distraite, ce qui fait qu'elle oubliait tel ou tel élément à amener pour peu qu'elle ne l'ait pas soigneusement écrit quelque part ou qu'on ne le lui rappelle pas.

Durant son adolescence, elle est restée une grande enfant, refusant presque de grandir complètement. Ce qui explique sûrement qu'elle est quelques fois en décalage et fort sensible. Grandir pour elle, devenir adulte, c'est risquer de perdre des personnes chères. Les enfants peuvent être amis avec tout le monde parce qu'ils ne doivent pas poser de choix à tout prix. Les choix séparent. Elle pleure facilement comme un enfant devant un film et aime particulièrement les films qui finissent bien.

Alors, pourquoi a-t-elle été mordue ? Il y a neuf mois maintenant, elle a été victime d'un accident de voiture. Ce n'était pas de sa faute. Elle a juste été trop distraite et celui qui lui est rentré dedans était au téléphone, en pleine dispute, du peu qu'elle s'en souvienne. Elle était partie pour une nouvelle fête, parce qu'elle appréciait toujours ces petits moments entre amis, mais elle n'arriva jamais chez son amie. Elle était entre la vie et la mort et c'est grâce à la morsure d'Andrew qu'elle survécut.

Dernier élément de la meute, elle doit encore s'acclimater mais elle ne désespère pas et semble bien s'intégrer. Si sa joie de vivre et sa générosité naturelles peuvent l'aider à s'intégrer, elle devra malgré tout se maîtriser. Il faudra surtout qu'elle apprenne à se montrer un poil plus prudente, à trop se faire remarquer, car exubérante, elle pourrait mettre à mal la meute, mais ses pouvoirs sont encore trop nouveau, donc la tentation est encore énorme pour elle. De ce fait aussi, si elle n'avait personne à qui parler ou avec qui partager tout ce qui la tracasse, il y a fort à parier qu'elle ne serait plus elle-même. Elle est consciente de la chance d'avoir une meute pareille. Au moins, elle ne souffrira pas de solitude, en bonne demoiselle extravertie qu'elle est.



andrew a. blackwood un sauveur, un père, un modèle → elle le voit comme un sauveur, comme un loup-garou bon, un homme bon. Elle lui est évidemment reconnaissante et ne l'en remerciera sans doute jamais assez. Pour elle, Andrew est un nouveau père même si ce ne fut pas simple d'admettre tout ça. Elle sait pertinemment qu'elle peut compter sur lui et qu'il ne la poussera jamais. C'est pour cette raison qu'elle l'écoute attentivement, qu'elle ne râle jamais. Elle l'écoute surtout beaucoup en ce moment en ce qui concerne ses besoins et ses devoirs en tant que nouvelle loup-garou. Elle croit en lui et sa justice et est prête à tout pour prôner cette même justice dès qu'elle se contrôlera elle-même sans avoir peur de déraper. Quelque part, elle se sent si petite chose à côté de lui. Parce que ce ne sont que ses débuts de loup-garou ? Sans doute.

casey e. allen une grande soeur, une maman → dès qu'elle a été mordue, s'est tissé un lien très fort entre les deux demoiselles. Casey a toujours joué le rôle de maman et de fille prenant tous les malheurs sur elle. Alors, forcément, quand elle a retrouvé Layla dans un état de choc après sa morsure, inquiète et curieuse au sujet de sa nouvelle race surnaturelle, elle n'a pas pu s'empêcher d'aller vers elle pour l'aider. Layla s'est sentie accueillie et protégée et a vite compris qu'elle avait une épaule sur laquelle pleurer quand ça irait mal ou encore des oreilles attentives. Mais elles ne sont pas que ça l'une pour l'autre, elles adorent également s'amuser, comme de grandes enfants et papoter de tout et de rien. Layla est une touche de fraîcheur dans la vie de Casey. Et cette dernière l'aidera dans toutes les étapes pour maîtriser ses pulsions, tel une bonne maman protectrice. Mais à force de suivre Casey dans tout ce qu'elle fait... elle risquerait de la suivre dans des bêtises bien que gentilles...

caleb e. coleman tu es plus beau quand tu souris → tu sembles toujours bouder. Voilà ce que lui dit régulièrement Layla. Elle ne le comprend pas. Pourtant, elle veut vraiment lui rendre le sourire mais pour ça, il faudrait déjà qu'elle comprenne ce qui le chagrine à ce point ou le rend toujours de si mauvaise humeur. Alors, elle se montre rarement subtile, lui disant franchement qu'il est plus beau quand il sourit et qu'il pourrait être un ours mignon et non un ours mal léché s'il le voulait. S'il arrive que ses remarques arrachent un sourire au jeune homme, il arrive aussi, la plupart du temps, qu'il soit encore plus déstabilisé qu'autre chose. Elle sent bien qu'il y a quelque chose qui le ronge et elle voudrait vraiment l'aider mais elle sent bien aussi qu'il n'est pas aussi extraverti qu'elle. Alors, elle insiste, par moment, abandonne à d'autres, mais elle ne perd pas de vue son but primordial : le faire sourire, le rendre moins solitaire et le sortir de son isolement.

shiloh j. odell tu n'es pas seule → pour la petite dernière, Shiloh semble encore plus torturée et perdue qu'elle. Elle voit bien qu'elle ne va pas bien, qu'elle est mal dans sa peau et qu'elle s'isole non pas pour aller mieux mais par réflexe. Elle a bien remarqué aussi qu'elle n'est pas méchante ni même agressive mais qu'elle ne supporte pas ses attitudes trop directes, pas suffisamment subtiles. Alors, en sa présence, Layla cherche à canaliser certaines habitudes et quand elle le peut, elle souligne l'une ou l'autre bonne chose, bonne action de l'autre demoiselle. Cela ne l'empêche pourtant pas, de temps à autres, de la traîner de force pour faire un tour ensemble, faire du shopping ou encore faire des choses qui semblent anodines mais qui peuvent l'aider à s'ouvrir un peu. Et tout ça, ça lui vient instinctivement.

adrian f. humphrey complices surtout dans les bêtises → eux deux, ils sont capables de se fourrer dans n'importe quelle bêtise ensemble évidemment ! Ils sont aussi joyeux, optimistes, extravertis et sympathiques l'un que l'autre. Il aime raconter des histoires et elle aime les écouter avec une envie qui se lit dans ses yeux. Il aime faire rire et elle rigole très vite. Elle aime faire sourire et il sourit très vite. C'est sa joie débordante et réchauffante qui a partiellement rassuré Layla dès son arrivée dans la meute. Ils s'entendent comme un frère et une sœur. C'est comme s'ils s'étaient toujours connus. Ils sont vus comme les deux derniers et sont capables des bêtises les plus innocentes. Grâce à ses connaissances poussées sur le monde surnaturel, elle en découvre toujours plus. Bref, vous les verrez tout le temps traîner ensemble et parfois même prévoir une petite blague. Ils se comprennent d'un simple regard et sont véritablement complices. Quand ils sont ensemble, il est souvent difficile d'avoir leur attention trop longtemps.




Dernière édition par The beast le Sam 12 Sep - 23:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beaconhills.forumgratuit.be
avatar

maître suprême
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 02/06/2014
LOCALISATION : Partout et nulle part.

MessageSujet: Re: SHAPESHIFTERS → howl at the moon.   Sam 12 Sep - 19:52

shiloh (joy) odell

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart
Nom : Odell.
Prénom : Shiloh, Joy.
Âge : vingt ans.
Lieu de Naissance : répondre ici.
Nationalité : répondre ici.
Orientation sexuelle : répondre ici.
Race : loup-garou.
Rôle ou affiliation : beta.
Personnalité : Nicola Peltz.
Crédits : wildworld. (avatar)


wake me up when it's all over

All this time I was finding myself and I didn't know I was lost

Petite dernière d'une famille qui a toujours énormément vécu dans les apparences, Shiloh a souffert depuis les premiers jours de conscience (et sûrement déjà avant) de cet atmosphère qui ne lui correspondait pas dans le fond. Elle avait besoin d'être remarquée, d'être reconnue mais les autres faisaient toujours mieux. Ils rentraient dans le moule. Ils faisaient exactement ce à quoi les parents les destinaient. Son entrain, sa joie et son sourire ne suffisaient pas.

Alors, rapidement, elle a décidé de se faire remarquer, dans un premier temps. En vain. Quand elle avait une bonne note, toute la classe avait de bonnes notes et ce n'était jamais suffisant parce qu'elle n'était pas la première. Elle n'était pas assez polie. Elle n'était pas assez sérieuse. Elle était trop exubérante. Elle se salissait trop. Bref, elle n'était pas la charmante petite poupée parfaite. Il y eut donc la phase de rébellion. La petite fille joyeuse mais quelque peu capricieuse se brisa petit à petit.

C'est à l'adolescence qu'elle se rebella le plus. Elle changeait de garçons comme de chemises. Tout cela n'était évidemment pas sa véritable personnalité, mais c'était la seule façon qu'elle avait de se faire voir. Quitte à être vue, elle se fichait pas mal d'être mal vue, au moins, c'était toujours ça de contact gardé. Elle enchaîna les bêtises. Mais plus elle en faisait, plus elle se perdait.

Elle était populaire, elle était faussement appréciée, appréciée pour ce qu'elle n'était pas. Elle était tellement enlisée dans ses mensonges qu'elle se perdit, un soir, à ses 18 ans. Une soirée de fête. Une soirée de trop. Elle était entourée mais on ne peut plus seule. Un verre. Encore un autre. Et toujours plus. Elle était bien trop fière pour demander de l'aide, évidemment. En plus, ça lui semblait être son dernier et seul combat pour rattraper sa famille. Endormie au beau milieu de la forêt, à la vue de tous, Andrew la découvrit. Cela faisait un moment qu'il l'avait vue se balader seule dans cette même forêt. Il lui avait déjà parlé l'une ou l'autre fois, comprenant qu'elle allait mal. Ce n'est que cette fois, certain qu'elle ne se sauverait pas toute seule, qu'il décida de la mordre.

Elle n'aurait jamais deviné qu'il était un loup-garou, ni même que ça existait réellement. Les débuts au sein de la meute ne furent pas évidents et même encore maintenant, elle semble être un
élément indéchiffrable pour les autres mais elle a tout de même réussi à être un peu plus elle-même. Un tout petit peu plus. Grâce à la persévérance d'Andrew avant tout. Elle est toujours du genre à rester en retrait, quasi muette et perdue vis-à-vis de ce qu'elle est. Elle n'arrive même pas à se trouver quelque chose de positif. Trouvera-t-elle la jeune fille charmante, coquette et jouette qu'elle peut être et qu'elle était avant ? Osera-t-elle laisser tomber les remparts ?



andrew a. blackwood guérisseur → oh oui, elle lui est reconnaissante dans le fond. Elle a du mal à le lui dire, à le lui avouer, et encore du mal à se montrer spécialement affective mais elle n'en pense pas moins. Elle a, quelque part, toujours l'impression de le déranger, peur de ne pas être assez bien pour lui ou peut-être même un fardeau pour la meute alors elle évite de se montrer trop impliquée dans le groupe. Andrew la surveille de loin et tente souvent de lui parler, de lui rappeler qu'il l'a sauvée pour qu'elle puisse avoir une nouvelle vie et non pour qu'elle vive la même marginalité qui la brisait. Il l'a observée et a appris à la découvrir, alors il sait s'y prendre. C'est peut-être pour ça qu'elle parvient à s'ouvrir même un peu plus en sa présence. Par ailleurs, elle suit ses décisions sans broncher.

casey e. allen un nouveau souffle de vie → pour Shiloh, Casey est une fille forte, une fille assumée, une fille qui n'a pas peur de s'affirmer et d'être différente. Si elle ne le dit pas et si elle semble distante, elle voit en Casey une fille qui a tout pour plaire et qui vaut bien plus qu'elle. Alors, forcément, quand Casey tente de la faire sourire, de la faire bouger et de l'écouter, elle se sent toujours plus redevable et moins bien qu'elle parce qu'elle devrait avoir la force de se débrouiller toute seule pour proposer son aide, elle aussi. Depuis peu, beaucoup plus tard encore que Andrew, Casey a réussi à lui faire cracher quelques mots, quelques anciennes peurs et mauvais souvenirs mais ce n'est pas encore suffisant, Casey en est certaine. Alors, cette dernière y va doucement et la laisse respirer quand elle en a besoin. Elle ne la force pas à parler mais lui fait preuve de petites attentions régulières à la place. Shiloh se déprécie mais elle finit par accepter cette affection, petit à petit.

caleb e. coleman l'identique au masculin → c'est sûrement lui qui ressemble le plus à Shiloh. Elle l'a très rapidement compris, d'ailleurs. Il semblait presque aussi effacé qu'elle et surtout, il ne cherchait pas à comprendre par de grandes questions. Il l'écoute quand elle a besoin de parler. De son côté, elle s'est laissé approcher par l'aîné masculin de la meute après Andrew. Quand elle s'est sentie suffisamment en sécurité, elle lui a parlé. Oh, pas des grands problèmes existentiels, non. Juste de quoi alimenter une conversation. Dès qu'elle se sent mal, elle sait que même si elle va dans un coin, il viendra toujours vers elle, grâce à un regard, un mot ou même un silence. Elle sait qu'il ne jugera son absence de dialogue. Oui, elle l'apprécie énormément. Elle voit sûrement en lui un grand frère.

layla m. hathaway une tempête d'optimisme dans ma vie → ce n'est pas toujours simple entre Layla et Shiloh. L'une est extravertie et un poil exubérante tandis que l'autre est introvertie, quasi muette. S'il arrive alors à Shiloh de se braquer et de s'éloigner le temps de reprendre son énergie, ce n'est pas contre Layla mais pour ne pas être monstrueuse. Elle se rend bien compte que la petite dernière est pleine de bonnes intentions et elle ne veut pas la rendre malheureuse. Cela dit, depuis quelques temps, ça marche de mieux en mieux. Elles ont appris à se connaître, à connaître les limites de chacune et il arrive même à la blonde de sourire, quelques fois, lorsqu'elle n'est pas kidnappée par la brune et même parfois à ces moments-là. Comme quoi, les plus jeunes ont leur importance aussi !

adrian f. humphrey de deux mondes opposés → au départ, ces deux-là, tout les opposait. Il était le comique de service, le garçon serviable mais pas forcément populaire qui, d'ailleurs, ne rêvait pas de plus que ça. S'ils n'étaient pas tous les deux loups-garous et beta d'Andrew, ils n'auraient sans doute jamais prêté attention à l'autre. Seulement, le destin en avait décidé autrement. S'il a beaucoup de mal à la faire rire, il ne baisse pas les bras. Il a compris, à force de cohabitation, qu'elle n'était pas celle qu'elle voulait qu'on croit qu'elle est. Quant à elle, même si elle ne l'avouera jamais, elle aime la touche de simplicité et d'humour qu'il apporte à la meute. Elle le sait, sans lui ce ne serait pas pareil. L'entente est donc bonne mais ils doivent encore s'apprivoiser, un peu plus.




Dernière édition par The beast le Sam 12 Sep - 23:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beaconhills.forumgratuit.be
avatar

maître suprême
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 02/06/2014
LOCALISATION : Partout et nulle part.

MessageSujet: Re: SHAPESHIFTERS → howl at the moon.   Sam 12 Sep - 19:56

andrew (ares) blackwood

Be with a leader when he is right
Nom : Blackwood.
Prénom : Andrew, Ares.
Âge : vingt-neuf ans.
Lieu de Naissance : répondre ici.
Nationalité : répondre ici.
Orientation sexuelle : répondre ici.
Race : loup-garou.
Rôle ou affiliation : alpha.
Personnalité : Stephen Amell.
Crédits : Cristalline. (avatar)


duty and honor

i will protect them with my life

Andrew a toujours été quelqu'un de naturellement empathique et bon. Il n'est en rien le mauvais garçon. Sa vie n'avait rien de très extraordinaire au départ non plus tandis qu'il vivait dans une autre ville que Beacon Hills durant longtemps.

Il a été mordu il y a déjà un bon nombre d'années maintenant et a du faire face à un alpha peu scrupuleux. Quand intérieurement on est en désaccord avec son alpha, ce n'est jamais sain ni de le garder pour soi ni de le dire à qui que ce soit.

Il ne pouvait comprendre que cet alpha passe des humains à tabac, des humains totalement inoffensifs et innocents. Choqué mais réfléchi, il mit du temps à trouver la meilleure solution ou, autrement dit, la moins mauvaise.

A 21 ans, il contacta lui-même les chasseurs, ce qui semblait pourtant contre nature et, de ce fait, fortement risqué. Rusé et fin négociateur, il avait amené les arguments suffisants pour capter l'intérêt d'un groupe de chasseurs en particulier : The Hunt. Ils lui assignèrent Silas et Clyde, les enfants du Patron, alors adolescents.

Incapable de laisser des enfants mourir, même s'ils ont été entraînés à devenir des tueurs, il écouta son instinct et leur sauva la vie. La capricieuse demoiselle refusa l'aide d'un loup et le fit tomber dans un piège, feignant de le sauver courageusement d'une mort certaine. Suite à quoi ils le laissèrent finalement le soin de tuer son alpha. Il devint dès lors un alpha à son tour.

Parce qu'il avait fait bien trop de grabuge, il comprit qu'il était inconcevable qu'il reste plus longtemps dans cette ville. Il voyagea en solitaire, apprenant à dominer ses nouveaux pouvoirs, sa nouvelle force. Il se jura par la même occasion qu'il ne deviendrait jamais le même genre d'alpha que le sien. Il allait mordre ceux qui en avaient besoin et seulement ceux-là. Il n'allait pas jouer avec la vie d'innocents.

Il erra un an avant de se poser à Beacon Hills à l'âge de 22 ans, attiré par les énergies de la petite ville.

C'est là qu'il découvrit Casey et Caleb dans un premier temps, puis Adrian, Shiloh et finalement Layla. Comme il se l'était promis, il ne les mordit que parce qu'il s'agissait d'une nécessité. Depuis, ils sont tous devenus ses protégés, ses betas, sa meute. Il se sent responsable d'eux et fait tout pour les aider au mieux, selon la personnalité de chacun.

Code:
<span class="style_cont1">mettre en évidence</span>



shiloh j. odell âme égarée → sa marginalité, voilà ce qui a poussé Andrew à la surveiller, dans un premier temps. Oh non, il ne surveille pas n'importe qui sur un coup de tête. Il avait déjà remarqué sa présence plus d'une fois dans la forêt, alors qu'il courait dans celle-ci. Il a bien ressenti le malaise qui l'habitait et le mensonge quasi permanent. Après tout, le mensonge à cette odeur si âcre. Enfin, c'est plutôt le pouls qui change mais vous l'aurez compris. Il espère lui offrir une nouvelle chance, cette seconde chance salvatrice. Seulement, il sent bien qu'elle a encore du mal à s'intégrer totalement. Sachant qu'il ne sert à rien de brusquer les choses avec elle, il veille attentivement sur elle, discrètement, et la retrouve quand elle s'isole trop à son goût. Il sait qu'il vaut mieux ne pas se montrer trop insistant.

casey e. allen la première pierre à l'édifice → sa toute première beta. Sa toute première intervention dans la vie d'un être humain on ne peut plus normal. Il lui fallut un véritable électrochoc et une réflexion intense pour se décider à offrir la morsure à quelqu'un. Parce qu'il ne voit la morsure que comme un cadeau, une ultime solution. Et ce fut le cas pour Casey. À cette époque, elle n'était alors qu'une adolescente mais une adolescente hors du commun. Exténuée, à bout de souffle et son corps la lâchant totalement, elle n'avait pas encore compris qu'il s'agissait pour elle de s'arrêter ou de mourir. Lui, il le comprit tout de suite. Il faut dire qu'il la suivait depuis un moment. Le désarroi qui se dégageait de cette fille qui continuait de repousser ses limites le poussa à agir. Sa beta depuis sept ans maintenant, ils se connaissent sur le bout des doigts. Il a confiance en elle et lui a rendu le sourire. Elle est sa première réussite. Il est simplement parfois désemparé par son comportement envers Caleb et vice versa. Néanmoins, quand il s'agit des intérêts de la meute, il sait qu'il peut lui faire totalement confiance.

caleb e. coleman l'élève est devenu plus fort → depuis sa morsure Caleb a bien changé. Il a conscience que c'est grâce à Andrew qu'il est devenu bien plus fort, bien plus endurant et il ne l'en remerciera jamais assez. Andrew le sait loyal. Il sait également qu'il est réfléchi et déterminé quand la situation l'impose. C'est un élément fort de la meute et depuis le temps qu'ils s'entraînent ensemble, il a encore fait d'énormes prouesses. L'alpha n'en doutait pas une seule seconde. Ce second souffle ne pouvait être que bénéfique. Tel un mentor avec son élève, il répond toujours présent quand Caleb tient à s'entraîner. Il a vite compris que Caleb n'était pas du genre à parler de ses problèmes, de toute façon. Cela dit, quand les disputes puériles entre Casey et Caleb reprennent, il est certainement le seul à les calmer. Il n'est pas l'alpha pour rien.

layla m. hathaway la fille de substitution → la petite dernière de la meute est touchante, c'est indéniable. Avec elle, Andrew n'a pas de difficulté particulière. Oui, il faut qu'elle s'habitue à cette nouvelle condition et qu'elle se contienne avec les pleines lunes, les premières de cette vie si différente. Pourtant, il remarque bien qu'elle ne rechigne devant rien et qu'une fois qu'elle aura tout accepté, elle sera la même qu'avant, la même fille pétillante et joyeuse. Il veille sur elle, la calme si nécessaire et lui donne autant d'importance qu'aux autres. Il n'est pas contre l'image de paternelle qu'elle renvoie à son sujet. Il sait qu'elle a besoin d'être entourée et d'être rassurée par moment. Alors, il le fait. Après tout, s'il se montre respectueux, elle n'aura aucune difficulté à lui obéir par après. Il n'est pas moins exigeant avec elle à cause de cette attitude de père protecteur, seulement, il s'y prend forcément autrement. Ils s'entraînent plus souvent mais moins longtemps, faisant des pauses régulières.

adrian f. humphrey le maladroit à réfréner → le petit comique de la meute fait sourire l'alpha. Andrew n'a jamais eu à s'inquiéter de l'intégration du garçon dans la meute. Cela ne veut pas dire qu'il ne le surveille pas. Maladroit dans ce qu'il dit plus que dans ce qu'il fait, l'alpha veille surtout qu'il ne se mette pas de nouveau dans des situations problématiques et dangereuses. C'est sa plus grande spécialité, tout le monde le sait. Il calme également souvent ses tendances suicidaires ou son hardiesse. Ce gamin a beau avoir peur et connaître ses limites, Andrew sait parfaitement qu'il est capable de foncer sans réfléchir pour sauver quelqu'un ou se montrer fort, tel le prince charmant sur son fier destrier. Oh, il est fier de savoir sa meute soudée et de le savoir capable de dépasser ses peurs grâce à l'adrénaline mais il n'est pas question de le laisser crever. Alors, il cherche à rétablir une certaine harmonie entre ses preuves d'audace et ses peurs.

clyde j. dixon entre haine et incompréhension → Clyde le hait. Il n'y a pas d'autres mots. Elle l'a haï depuis leur première rencontre alors qu'elle n'était encore qu'une adolescente et qu'il n'était qu'un simple beta. Pourtant Andrew n'a jamais fait preuve que de bonnes attentions envers elle mais rien n'y fait. Elle a beau jouer la comédie, lui sourire en apparence, elle ne ressent qu'une haine farouche à son encontre. La mission qu'ils avaient en commun était simple. Tuer un alpha meurtrier. Rien qu'elle n'ait déjà fait. Mais Andrew avait plus d'expérience. Alors que Silas écoutait attentivement les conseils fournis par le beta, Clyde n'en faisait qu'à sa tête. Résultat ? Elle faillit la perdre sans l'intervention du loup-garou. Elle lui était redevable et elle lui en voulait pour ça. Elle ne lui avait rien demandé après tout. Ne supportant ni le fait que Silas l'apprécie, ni le fait de lui devoir sa vie, elle lui tendit un piège savamment orchestré. Il tomba dedans gueule la première et failli y laisser sa peau, jusqu'à ce qu'elle le sauve à son tour. Ils étaient quitte. Ils achevèrent la chasse, Andrew devint Alpha. Ils prirent des chemins opposés. Mais Clyde continue de le haïr parce que Silas a accepté de garder contact avec lui et que ce rapprochement lui faire peur.

silas d. zaïtsev une main tendue → Andrew a tout de suite perçu le garçon perdu derrière la façade désintéressée de Silas. Bienveillant, le beta s'est démené pour lui offrir des conseils dignes et utiles. Tâche difficile tant l'esprit de l'adolescent était déchiré. Mais Silas vit tout de suite qu'Andrew était une bonne personne. Il l'écouta de fait, suivi ses recommandations et essaya même d'ouvrir les yeux à Clyde quant aux intentions du beta. Il ne leur voulait pas de mal. Au contraire, il les sauva même d'une mort certaine. Si la blonde lui en voulut, Silas lui en fut sincèrement reconnaissant. Il hésita même à prévenir Andrew du piège que lui tendait Clyde. Quand la chasse prit fin, il s'assura de garder les coordonnés de l'Alpha fraîchement nommé tant il appréciait les discussions qu'ils partageaient. Clyde hait Andrew parce que Silas l'apprécie.




Dernière édition par The beast le Sam 7 Nov - 18:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beaconhills.forumgratuit.be
avatar

maître suprême
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 02/06/2014
LOCALISATION : Partout et nulle part.

MessageSujet: Re: SHAPESHIFTERS → howl at the moon.   Sam 12 Sep - 20:00

adrian (felix) humphrey

clap along if you know what happiness is to you
Nom : Humphrey.
Prénom : Adrian, Felix.
Âge : vingt-et-un ans.
Lieu de Naissance : répondre ici.
Nationalité : répondre ici.
Orientation sexuelle : hétérosexuelle.
Race : loup-garou.
Rôle ou affiliation : beta.
Personnalité : Taron Egerton.
Crédits : primbird. (avatar)


titre

my weapon is the humor

Alors lui, il a toujours été le bon comique de la bande. Plus petit, il aimait faire rire les autres enfants et était toujours le premier à consoler une petite fille en larmes avec des bêtises sans gravité. De ce fait, c'était un enfant apprécié de tous qui, de temps en temps, se bagarraient avec les garçons jaloux, quand ils étaient en âge de vouloir avoir le premier rôle auprès des filles.

Intelligent dans le fond, il s'est vite trouvé une petite bande d'amis qui l'acceptaient pour ce qu'il était et où il avait sa place de comique garantie. Relativement sensible, il disait quasiment tout à la blague pour qu'on ne prenne pas au sérieux ce qui le tracassait et pour ne pas inquiéter qui que ce soit. Mais ça ne l'aide pas à gérer les émotions qui prennent parfois rapidement trop de place dans sa tête déjà un peu confuse.

Intellectuellement intéressé et curieux de tout, il lisait beaucoup de choses dès son plus jeune âge, même des histoires fantastiques et légendes. Il avait également tendance à toucher à tout, c'était sa façon d'envisager les choses. C'est ce qui lui permit également d'être très rapidement débrouillard et même rusé. Il faisait très rapidement des liens en mettant la main à la pâte. C'est ce qui fait encore une force.

C'est un jour, encore une fois perdu dans ses songes, toujours la tête dans les nuages, qu'il rencontra Andrew dans des circonstances plutôt particulières. Un loup-garou, incapable de gérer ses pulsions l'attaqua. Un jeune loup. Alors que l'alpha était occupé avec un certain chasseur, il entendit le massacre, le hurlement et fonça sauver le jeune homme d'un massacre certain.

Depuis qu'il fait partie de la meute, Adrian n'est plus si différent de ce qu'il était avant. Il est toujours le comique de la bande, il est toujours la tête dans la lune et parfois trop gentil. Il aime raconter des histoires extraordinaires. Il est peut-être aussi encore un peu insouciant, persuadé qu'il est suffisamment fort pour faire ce qu'il souhaite et un brin trop audacieux.

On pourrait le voir comme le prince sur son cheval blanc qui se blesse et se blesse encore pour le spectacle et l'acte charitable et courageux malgré tout. Une bonne pâte dans les faits. Cela ne fait pas de lui un être parfait. Il a peur. Et il assume cette peur même s'il n'en parle que rarement parce qu'il veut sauver la veuve et l'orphelin et finit par s'oublier. Il sait cependant que pour sauver le grand nombre, il faut parfois se montrer égoïste et il le devient si ça peut sauver ses proches. Cela dit, il a encore un long chemin à faire pour se dire qu'on ne peut pas sauver tout le monde.



shiloh j. odell de deux mondes opposés → au départ, tout les opposait. Il était le comique de service, elle était la fille la plus populaire du lycée. S'il n'y avait pas eu cette nouvelle vie, ces capacités surnaturelles, ils ne se seraient sans doute jamais connus ou, en tout cas, ils n'auraient jamais pris la peine de se connaître ou d'en apprendre plus à propos de l'autre. Depuis, on ne peut pas dire qu'ils soient les plus proches ou ceux qui passent le plus de temps ensemble, surtout si Andrew ne le demande pas précisément. Il essaie toujours aussi maladroitement de la faire rire ou au moins sourire et quand il y parvient, c'est une véritable victoire. Pourtant, persévérant, le jeune homme ne baisse pas les bras et se dit qu'elle cache un lourd secret pour être aussi muette et effacée. Il ne la croit pas méchante, juste incompréhensible pour le moment. Cela dit, il n'insiste pas et laisse les choses aller à leur rythme.

casey e. allen telle une grande sœur → ils se connaissent depuis un moment maintenant. Ils ont appris à s'apprivoiser et bien plus que ça très rapidement. Il faut dire que Casey a réussi à mettre le jeune homme très vite à l'aise. Il a compris qu'elle n'était pas une fille compliquée. Il a compris également qu'elle n'était pas du genre à se prendre de haut parce qu'elle était la première beta de la meute. Au contraire, avec lui comme avec les plus jeunes, elle s'est montrée maternelle au début de sa vie de loup-garou. Il a parfois encore du mal avec les manies de Casey qui n'est pas franchement pudique depuis qu'elle est une louve mais elle apprend à se contenir. À part cela, il la voit comme une grande sœur et l'entente est toujours au beau fixe. Il a moins de mal, dès lors, à lui parler et il leur arrive de partir dans la forêt à deux, histoire de courir à deux. Ils ont beaucoup de points en commun qu'ils connaissent par ailleurs.

caleb e. coleman à la fois un modèle et un grand frère → ça n'a pas toujours coulé de source entre les deux garçons mais ils ne se détestent pas. Au contraire, Adrian a remarqué que Caleb lui a accordé sa confiance et il en est fier. Il a également réalisé que ses petites blagues et autres remarques sur le ton de l'humour passaient bien en sa présence. Il a compris dès lors qu'il pouvait être lui-même. De son côté, il respecte son aîné et espère toujours en apprendre plus grâce à lui. Il lui demande souvent de l'aider, de l'entraîner quand Andrew ne le fait pas déjà. Il veut tout faire pour devenir plus fort et ce pour aider au mieux la meute et ne pas être un poids mort. Et ça, Caleb l'a compris. Alors, il accepter volontiers. En plus, c'est toujours bon. Il a besoin de se sentir utile, tout comme le plus jeune si ce n'est que ce dernier l'avoue plus aisément.

layla m. hathaway complices surtout dans les bêtises → ils étaient faits pour s'entendre. Ils sont les mêmes à quelques détails près. Ils ont l'art de se fourrer dans des bêtises et des situations problématiques mais qu'à cela ne tienne, ils sont suffisamment forts à deux pour s'en dépatouiller par eux-mêmes, avec quelques blessures malgré tout. Le garçon adore la présence de la plus jeune et son enthousiasme à tout épreuve. Il lui raconte des histoires de sa propre invention ou d'autres toutes aussi farfelues les unes que les autres. Ils sont aussi complices qu'un frère et une sœur et passent le plus clair de leur temps ensemble. Il se retrouve en elle et elle se retrouve en lui. Depuis qu'ils se sont trouvés, la meute est toujours plus vivante et pleine de fraîcheur. S'il serait capable de tout pour la meute entière, Adrian a vraiment le sentiment d'être responsable de Layla et il prend son rôle très à cœur.

andrew a. blackwood le garde-fou → il le respecte sincèrement. Adrian se rend bien compte que sans cette morsure et sans la réaction rapide de son alpha, il ne serait peut-être plus de ce monde. S'il le respecte et s'il obéit aux ordres d'Andrew, c'est avant tout parce qu'il sait qu'il suit un code qui se veut juste. Il ne tue pas pour tuer. Et il est capable de tuer quand la situation l'impose. Il sait qu'il peut se reposer sur lui parce qu'il ne laissera jamais sa meute sombrer par pur égoïsme. Le beta l'écoute sagement et espère s'améliorer encore car il sait qu'il a besoin d'un garde-fou concernant ses pulsions chevaleresques qui l'ont déjà mis lui-même dans une sale posture. Oui, il voit son alpha comme un alpha droit. Il lui fait aveuglément confiance.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beaconhills.forumgratuit.be

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SHAPESHIFTERS → howl at the moon.   

Revenir en haut Aller en bas
 

SHAPESHIFTERS → howl at the moon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Howl At The Moon à Paris (Convention)
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beacon Hills :: administration :: Hunted beast :: personnages vacants-